Actualités

Chassons le frelon !

Chaque année, la Ville s’engage dans la lutte contre le frelon asiatique (espèce classée organisme nuisible danger sanitaire catégorie 1) avec le soutien d’un réseau de piégeurs volontaires.

La période de piégeage s’étale d’avril à mai, au printemps, afin de cibler la capture des femelles fondatrices et d’empêcher ainsi la construction de nids.

En 2021, le réseau a été accompagné durant toute la période avec la mise à disposition de pièges cloches et le suivi régulier via l’envoi de conseils sur le piégeage afin de limiter au maximum les captures indésirables. Ainsi, grâce à cette campagne, on estime que 2,6 millions de frelons asiatiques ont pu être éradiqués et 5.6 millions d’abeilles sauvées, ainsi qu’un nombre incalculable d’autres insectes pollinisateurs, qui auraient fait le régal des frelons éliminés !

Forte de cette réussite, la Ville renouvelle le piégeage dès avril 2022 et lance un appel à volontaires pour accroître le réseau afin de parvenir à réduire significativement l’invasion de frelons asiatiques sur notre territoire.

Rendez-vous le mercredi 23 mars lors de la journée « Place aux sauvages », pour s’informer, s’inscrire ou récupérer un piège au stand municipal.

Plus d’info : nature@ploemeur.net

 

Plantes invasives : la lutte continue en 2022

Avez-vous remarqué que l’on voit de plus en plus de plumeaux d’herbes de la pampa ? Autour des kaolins, à St-Adrien, dans les bois, au bord des routes, partout où on les laisse prospérer…

On peut trouver cela beau, certes, mais sans réaction, ils étouffent toute la végétation de nos landes et espaces naturels, et chassent la faune habituelle… Faisant le bonheur des sangliers, qui y ont trouvé des refuges où nul ne peut les déranger !Face au défi de la protection de sa biodiversité, Plœmeur s’est engagée depuis quelques années dans la lutte contre les espèces invasives : herbe de la pampa, baccharis, laurier palme… Et devant l’ampleur de la prolifération, nous concentrons cette année nos efforts sur la destruction des inflorescences et des graines.

Fin août, une grande manifestation « Au feu les plumeaux » sera organisée pour que nous unissions nos efforts pour arrêter l’invasion. D’ici là, gardons l’œil et continuons d’arracher ou au moins couper tous les avant-postes de la colonisation !

Plus de renseignements sur le site dans la rubrique « Biodiversité », à nature@ploemeur.net, ou le 23 mars lors de la « Place aux sauvages ».

 

Cit’ergie devient le label Climat-Air-Energie

L’ADEME (Agence de la Transition Ecologique) change l’identité visuelle et le nom de la labellisation Cit’ergie. Désormais on parle de label Climat-Air-Energie.

Grâce à son niveau de performance, la Ville de Plœmeur est labellisée depuis juin 2020 avec un niveau de 3 étoiles.

Pour en savoir plus : https://www.ploemeur.com/mairie/nos-labels-nos-engagements/

L’éclairage public : les travaux avancent !

La Ville poursuit le remplacement de l’éclairage au sodium par de l’éclairage LED.

Partout dans la ville des chantiers mobiles de remplacement de lanternes sont en cours. Vous remarquerez le nouvel éclairage blanc qui se distingue de l’ancien (lumière jaune).

 

Remplacement des lanternes rue du Moulin du Ter par la société SPIE.

 

D’ici fin 2022, Plœmeur sera la première ville de sa strate 100 % LED avec une économie d’énergie correspondant à 780 tonnes de CO2, soit l’équivalent de 105 tours du monde en avion ou 115 années de chauffage (gaz).  (https://monconvertisseurco2.fr/)

 

Pour en savoir plus : https://www.ploemeur.com/vivre/environnement-2/energies-renouvelables/

 

Il est encore temps de couper les inflorescences (Herbes de Pampa et Séneçon en arbre)

L’été, l’herbe de la pampa et le séneçon en arbre se multiplient, il faut enlever les inflorescences.

Ces plantes fortement invasives du fait de la dissémination des graines par le vent sont à surveiller de près si vous ne voulez pas les voir coloniser tout votre jardin ou les espaces naturels.

Pour l’herbe de la Pampa, il est fortement conseillé de ne conserver que les plants mâles ou femelle, mais pas les deux pour éviter la pollinisation et donc les graines. Dans le cas de plants déjà adultes, il est conseillé de couper la montée des épis afin d’éviter la prolifération.
Avant qu’elles soient arrivées à maturité, en fin d’été, coupez les hampes florales avec un solide sécateur. Mettez des gants et des manches longues, car les feuilles de cette graminée sont assez coupantes. Taillez le plus près possible de la souche sinon vous finirez par avoir une butte au milieu. En intervenant assez tôt, avant la maturité, il est éventuellement possible de conserver les plumeaux en décoration intérieure après les avoir pulvériser de laque.

 

Pour le séneçon en arbre (ou Baccharis), ce sont les plants femelles qui produisent des milliers de fruits constitués d’une graine et d’une aigrette (comme pour les pissenlits) leur permettant de se disperser par le vent. La dormance des graines avant germination est d’une à deux semaines après la dispersion. Elles peuvent conserver leur pouvoir germinatif jusqu’à cinq années. Le Baccharis réalise également une multiplication végétative à partir d’un morceau de racine ou même parfois à partir du pied.

Cette plante, qu’il est désormais interdit de détenir, produit de telles quantités de graine en fin d’été qu’elle détruit progressivement nos espèces locales. L’idéal est donc de l’éliminer, et au minimum, d’éliminer toute floraison en fin d’été.

Par ailleurs, si vous intervenez trop tard en saison, il ne faut plus la transporter en pleine fructification, au risque de la disséminer encore plus.

 

Si vous souhaitez des conseils plus précis, n’hésitez pas à contacter les services.

 

Consultez l’Arrêté Ministériel du 31 Septembre 2020 sur les modalités de détention du Baccharis :

https://www.ploemeur.com/wp-content/uploads/2021/08/arrete-baccharis.pdf